Please provide full Credentials Infomation
frenit
  • La Bigarade
  • Nos spécialités - nos activités
  • Les produits

Produits du Verger Bio

Suivant les saisons vous trouverez au verger différents produits frais ou transformés.

La culture de la fleur d'orangers

Vous trouverez dans notre verger plus d'une centaine d'agrumes dont 80  Bigaradiers centenaires.

Faisons un peu plus connaissance avec cet arbre.

La culture du bigaradier est une tradition séculaire dans notre région et Vallauris Golfe Juan reste une des seules communes à exploiter cette plantation.

Le bigaradier porte un fruit, la bigarade, également nommé orange amère. Ce fruit est plus petit que l'orange douce et a la peau rugueuse teintée de vert ou de jaune. Sa chair est acide, peu juteuse, très amère et contient beaucoup de pépins.

Le fruit du bigaradier est surtout utilisé en conserve ou cuit (confiture, sirop, marmelade). La marmelade d'orange est faite uniquement à partir de l'orange amère et non de l'orange douce.

Très parfumée, la fleur de bigaradier sert à la fabrication de l'absolu de fleur d'oranger, de l'eau de fleur d'oranger et de l'essence de néroli utilisée en parfumerie et pour aromatiser les aliments. Ces extraits contiennent une forte proportion d’anthranylate de méthyle responsable de la note typique de la fleur d’oranger amer. Les rameaux sont utilisés pour la fabrication de l'essence de petit grain bigarade, une huile essentielle riche en acétate de linalyle.

Des études récentes ont principalement porté sur les huiles essentielles de zeste (essence d'orange amère) et de rameaux (essence de petit grain bigarade) et ont confirmé leurs propriétés sédatives et anxiolytiques sur des modèles animaux1,2.

Traditionnellement, l'huile obtenue à partir des pépins est proposée en cas de cholestérol3

La première culture de plante à parfum dans le pays grassois fut celle du bigaradier, implanté d’abord à Golfe-Juan par les moines de Lérins au 16e siècle, bientôt suivie de celle de la tubéreuse, du jasmin, de la rose à cent feuilles, de la rose muscade, des cassiers, de la bergamote, de la lavande et du romarin avec l’encouragement des autorités. Et on sait que c’est cette symbiose entre la culture des fleurs et la parfumerie qui fera de Grasse la capitale de la parfumerie et lui permettra ensuite de détrôner Montpellier dès la fin du 18e siècle et de s’acheminer vers un développement préindustriel.

Le saviez-vous la clémentine est le résultat d'un mariage entre la bigarade et la mandarine effectué en 1902 en Algérie dans les jardins de l'orphelinat de Misserghin par le père Clément, d'où son nom.

La bergamote ( citrus bergamia ) qui n'est pas consommée telle quelle est un hybride entre le bigaradier et le citronnier. Le fruit, piriforme, a une mince écorce qui renferme en abondance une huile essentielle, extraite par pression à froid du fruit, au parfum soutenu, extrêmement suave, utilisée en parfumerie, confiserie et dans les liqueurs.

Imprimer E-mail

Notre verger BIO

Le jardin et le verger vous réservent quelques belles surprises.

A toutes les périodes de l'année les fleurs et arbres du jardin se laisseront admirer :

Et vous ne serez pas les seuls à vous régaler

Imprimer E-mail

La cueillette de la fleur d'oranger

La fleur d'oranger est prête à être cueillie : elle n'attend que vous. Venez faire votre cueillette.

La fleur d’orangers est cueillie sur des  bigaradiers (Citrus aurantium var. amara ou Bigaradier), d’où le nom de votre chambre d’hôtes. Son parfum est très caractéristique et vous le connaissez certainement.

Savez vous que Vallauris – Golfe-Juan est le seul lieu de production restant pour la fleur d’orangers ?

Le Bigaradier est un arbre qui semble toujours "au travail"

Les fruits sont prêts à être ramassés en janvier et jusqu'à fin mars.

Puis vient le moment de la cueillette de la fleur d'orangers, fin avril début mai nous passons un mois à prélever les fleurs avant qu'elle ne tombent.

Les fleurs sont cueillies une à une, uniquement à la main. La cueillette est déposée soit au Nérolium (coopérative locale) soit auprès des artisans qui distillent.

Nous pratiquons nous même la distillation afin d'obtenir le produit fini le plus proche des critères de qualité recherchés.

Chaque jour  on procède au traitement (par entrainement à la vapeur) de la fleur recueillie et l’on obtient de l’eau de fleur d’oranger et par décantation du Néroli.

La vapeur, en traversant la plante dans l’alambic, se charge des composés aromatiques de l’huile essentielle contenue par la plante. Cette vapeur les entraîne ainsi à travers le col de cygne puis dans le serpentin. Il s’agit donc d’un « entraînement » à la vapeur d’eau. Tous ces composés volatiles se condensent ensuite dans le serpentin pour donner un distillat qui s’écoule dans le vase florentin tout au long de la distillation.

L'eau de distillation (ou hydrolat) dans laquelle s’est solubilisée une infime partie de l’huile essentielle est appelée l'eau de fleur d'oranger.

Après décantation le néroli est recueilli en surface de l’eau de fleur d’oranger.

Vous utilisez déjà, peut être sans le savoir, du Néroli. Tous les grands parfumeurs en intègrent dans leur production. Celui de Vallauris est très apprécié par les plus grands.

Le proportions généralement pratiquées : 1 kg de fleur = 1 litre d’eau de fleur d’oranger et 1000 kg de fleur pour un kg de Néroli.

Quant aux oranges vous en apprécierez surement la saveur au petit déjeuner dans  confitures de mamounette.

Le nérolium (coopérative  de Vallauris) recueille et traite les fleurs d'oranger et les bigarades de 40  sociétaires.

 

Imprimer E-mail

  • 1
  • 2

Accès

Info

  • Arrivée : à partir de 14h.
                Départ : jusqu'à 12h.
  • Petit-déjeuner, table d'hôte.
  • Connexion WiFi disponible gratuitement.
  • Parking privé disponible gratuitement.
  • Vue sur la mer, piscine et production BIO.